VOUS AVEZ DIT TRANSITION ?

Publié le 11 Octobre 2014

VOUS AVEZ DIT TRANSITION ?

Gouverner, c’est prévoir et le gouvernement essaye…

Les députés ont voté l'article 1er du projet de loi de la transition énergétique qui prévoit de réduire la part du nucléaire dans la production d'électricité de 75% à 50% d’ici à 2025, comme promis par le candidat François Hollande.

Le projet (64 articles) prévoit toute une série de mesures relatives à la fameuse (fumeuse !) croissance verte ce qui va réjouir, n’en doutons pas, nos écolo- politicards.

La Loi sera présentée au vote du Parlement mardi 14 octobre.

Et cerise sur le gâteau, Ségolène Royal, qui ne manque pas une occasion de rappeler qu’elle est là, nous annonce une baisse des factures qui serait due à la nouvelle répartition entre les énergies, ajoutant que la priorité de cette loi est « les économies d'énergie ». Que faut-il comprendre dans ce charabia ? Il est certain que si ne consommions pas nous ferions des économies. Foutaises…

Arrêter une, et à fortiori plusieurs centrales nucléaires, serait une erreur économique monumentale et il faut souhaiter que très bientôt on revienne sur cette loi, si elle est votée, en la modifiant en profondeur au sujet de la production de l’énergie électrique.

Restons sur les faits concrets : Il n’y a pas aujourd’hui, et il n’y aura pas en 2025 ou 2030, de nouvelles sources d’énergie « fiables » capables de remplacer 25% du nucléaire dans la connaissance actuelle des technologies. On peut toujours penser à une découverte imprévue qui interviendrait dans ce laps de temps. Ou encore, qu’une source nouvelle d’énergie comme le gaz de schiste, permettrait l’installation de nouvelles centrales. Et il y a plus : il n’est pas du tout certain que, vers 2025/2030 les centrales actuelles, avec en plus celle de Flamanville (EPR), suffiront à fournir l’énergie électrique nécessaire au pays. La population va augmente, et aussi, souhaitons le, les besoins de l’industrie.

On n’en tient pas compte dans la nouvelle loi. Au contraire, il est prévu une réduction de 50% de la consommation à l’horizon 2050 avec un palier de 20% en 2030. De quoi rire de ces absurdités si ce n’était pas aussi grave pour l’avenir du pays. A ce train, la France fera partie du Tiers-Monde à la moitié du siècle.

Le distributeur historique d’électricité publie régulièrement les données de production et de consommation. C’est à croire que nos dirigeants n’en ont pas connaissance ou qu’ils s’en fichent. Le discours politique se passe très bien de la vérité, on le sait trop.

D’autres pays ont essayé de se passer de tout ou partie de leur nucléaire (Allemagne) .C’est- un fiasco « écologique » et économique, tant et si bien qu’il n’est pas exclu de revenir vite à « l’énergie propre » du nucléaire.

Même le Japon, meurtri par Fukushima (accident gravissime ayant pour origine un raz-de-marée et non pas un dysfonctionnement de la centrale en elle-même) revient au nucléaire après avoir été tenté de l’abandonner entièrement.

Quand va-t-on enfin comprendre que l’éolien ou le photovoltaïque ne sont pas en mesure d’assurer la suffisance, maintenant et à terme, de nos besoins en énergie électrique parce que ce ne sont pas des sources « tous-temps » ? Ces énergies propres peuvent à la rigueur venir en tampon, en supplément, sachant qu’elles peuvent ne plus fournir d’un instant à l’autre (manque de vent, manque de soleil).

Je suis irrité en apprenant par les médias que des « champs » d’éoliennes fleurissent dans l’hexagone de plus en plus. Avez-vous remarqué ce que deviennent les paysages de nos campagnes ? Il n’y a pas très longtemps les vertueux écologistes vociféraient contre la laideur des pylônes à haute-tension. Mais pour les éoliennes ils ont les yeux de Chimène !!! Quand allons-nous mettre hors d’état de nuire ces donneurs de leçons dont la compétence se limite à apeurer la population ?

Il y a dans tout cela de la désinformation, du bourrage de crâne et les mensonges des lobbies industriels (fabricants d’éoliennes et de panneaux, la plupart étrangers) avec la complicité du gouvernement et d’élus locaux, de l’escroquerie intellectuelle et pas seulement.

.Quant à la baisse des factures d’énergie pour le particulier ce n’est pas pour demain.

Rédigé par LOUIS de SAINT-AOÜT

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article