Publié le 30 Avril 2007

J’ai voté deux fois pour MITTERRAND, et, je vais probablement donner ma voix à SARKOZY, et ce, pour certaines similitudes. Lesquelles ?
Il ne faut pas en chercher du côté de l’aspect physique, encore que par la taille il existe une ressemblance, l’âge cependant les diffère. MITTERRAND c’était la « force tranquille » dans sa façon d’être. SARKOZY serait plutôt « l’agitation perpétuelle » !
Non plus dans la manière de s’exprimer. L’un parlait bien, même très bien puisque on lui attribuait le qualificatif de florentin. L’autre parle…
L’un avait dans son programme (en 1981) 110 propositions. L’autre, dans le sien, en a au moins autant si on se donne la peine de le décortiquer.
Je ne vois pas comment SARKOZY réussira à remettre au boulot tous ceux qui vivent délibérément de l’assistanat, et si, dans le même temps, il réussira à convaincre les entreprises de faire un peu moins de profits pour améliorer le climat social en permettant aux citoyens qui le souhaitent de trouver ou de retrouver un travail. J’en doute.
 Je ne sais pas si SARKOZY réussira à convaincre les enseignants à enseigner et s’il arrivera à faire en sorte que nos chères petites têtes blondes (et les brunes également) sachent lire, écrire et compter en arrivant dans le secondaire. Arrivera-t-il à réformer l’enseignement supérieur, je pense à l’Université, de manière à supprimer cet énorme scandale consistant à mener des jeunes dans des filières sans aucun débouché sous prétexte qu’avec n’importe quel bac on peut tout faire? Belles batailles à venir avec le SNESUP ! Et on reparlera de la sélection, mot tabou.
 Aura-t-il la force (et le courage !) d’empêcher qu’une minorité de fonctionnaires privilégiés paralyse nos transports publics, sans porter, pour autant, atteinte au droit de revendiquer ? Beaux duels en perspective avec la CGT / SNCF / RATP, etc…
 Comment va-t-il faire pour maintenir le Service Public à la hauteur que nous souhaitons, devant les tirs groupés des technocrates de Bruxelles ? Saura-t-il braver la chienlit des « associations » pour endiguer l’arrivée des immigrés clandestins tout en continuant d’affirmer que nous sommes la Patrie des Droits de l’Homme ?
Il faut se faire une raison : il ne pourra pas réformer à la baisse les hauts salaires et indemnités dorées des PDG des « grandes entreprises ».
Il ne pourra pas non plus diminuer, autant qu’il « semble » le souhaiter, le nombre des fonctionnaires, ni leur imposer la rémunération « au mérite », autre mot tabou.
 Quant à la dette, la Sécurité Sociale, les retraites…. Souhaitons seulement qu’il n’augmente pas (trop) les impôts.
Et pour tout cela et le reste, tout le reste, le candidat- Président n’a pas trop à s’en faire. Il sait bien que le vrai pouvoir en France est exercé par les « hauts fonctionnaires », faisant partie, le plus souvent de « l ‘énarchie ». Ces dirigeants de l’ombre qui pullulent dans les ministères ont en mains toutes les cartes pour diriger le pays par ministres et parlementaires interposés (alors que ce devrait être l’inverse). Et ils ne le font pas trop mal puisque le monde entier est unanime à reconnaître que notre administration fonctionne bien et nous l’envie. Pourquoi la changer !!!

J’en reviens aux raisons de voter, peut-être, pour SARKOZY et quelles similitudes avec MITTERRAND ?
Selon moi, il en existe au moins quatre :
 -l’opiniâtreté dans la poursuite de l’action vers le but que l’on s’est fixé.
 -l’absence totale de scrupule pour atteindre ce but.
 -le savoir-faire dans la manipulation des hommes et des évènements. Il faut reconnaître que SARKOZY a su, avec brio, transformer à son seul avantage un parti de gouvernement et éliminer un à un tous les opposants à son ambition toujours affichée, jamais cachée.
 -la subtilité dans le dialogue, retourner à son avantage des situations délicates, se mettre en position de victime quand bien-même on cherche à tuer (par les mots) l’adversaire.
 Ce que d’aucun considèrerait ce qui précède comme des défauts, je pense que ce sont des qualités pour la fonction. Tout le monde admet que MITTERRAND a été un « grand » Président, et on le place volontiers juste derrière le Général et bien avant tous les autres de la Cinquième.
 Je ne retrouve pas dans Ségolène ROYAL, malgré sa pugnacité à vouloir résister aux « éléphants », la même dynamique, ni, je le dis tout net, le même machiavélisme efficace.
Et puis, cette manie de la gauche de vouloir l’uniformité…Ce n’est plus à la mode et tout à fait improductif.
 SARKOZY dauphin de « Tonton » dans la manière de faire, ce ne serait pas si mal ! A condition, bien entendu, que ces défauts qualifiants soient mis au service du pays ce que je souhaite comme tout le monde !

Voir les commentaires

Rédigé par LOUIS de SAINT-AOÜT

Publié dans #www.louis

Repost 0

Publié le 26 Avril 2007

Enfin du nouveau dans cette élection.
François BAYROU, arrivé troisième dimanche soir, s’invite dans l’entre deux tours.
 Et pas pour dire n’importe quoi. Après une distribution de bons ,et surtout de mauvais ,points au deux finalistes il se livre à un exercice d’équilibriste afin de ne pas tomber d’un côté ou de l’autre, avançant à pas mesurés pour garder une « réserve » bienveillante vis-à-vis du candidat qui sera élu (la fin de ma phrase pouvant être mise au féminin, va savoir !!!! ).
 C’est de la haute voltige ! Parce que F. BAYROU est un politicien averti il sait bien que les retournements de veste sont d’autant plus aisés quand on n’a pas attaché les boutons .
 Soyons brefs. F.BAYROU profite d’une situation qui lui est favorable pour se remettre en selle politiquement (c’est un homme de cheval !!!) en créant un nouveau parti qui très vite sera dépendant d’un des deux grands partis en lice et d’abord pour les législatives. Ou alors, il faudrait que ce nouveau parti démocrate soit au top en un mois et demi ce qui me paraît tout à fait improbable.
 Et c’est cela, le choix du bon tuteur, le problème que F.BAYROU doit résoudre… tout en ne choisissant pas ouvertement.
 A sa place je ne donnerais surtout pas de consignes de vote.
N’oubliez- pas François ! Pas de boutons dans les boutonnières !

Voir les commentaires

Rédigé par LOUIS de SAINT-AOÜT

Publié dans #www.louis

Repost 0

Publié le 24 Avril 2007

Ils ne sont plus que deux.
Un seul doit rester, vainqueur, au soir du 6 mai prochain. Ce court laps de temps, entre les deux tours, devient une période d’intenses magouilles (j’emploie le mot à dessein)et d’intrigues de toutes natures entre les candidats et les partis..
 Et puis arrivent les ralliements. Le plus odieux, en attendant pire, est bien celui de BESSON. Il est vrai que ce personnage avait rallié le camp SARKO avant le premier tour. Quand même ! Que doit-on penser de cette autocritique au sein de sa « nouvelle » famille d’accueil ? SARKO se discrédite-t-il en acceptant de le recevoir ?
Inutile de cogiter plus. Une seule réponse.
La politique, c’est cela !
Pour nous, les électeurs, c’est une nouvelle tranche,courte cette fois, de promesses délirantes
Ecoutez et enregistrez si possible
Conservez vos enregistrements (audio cela suffit !) afin de pouvoir les écouter le moment venu, par exemple dans deux ou trois ans.
 Et croyez- moi, la comparaison entre les promesses et l’existant d’alors sera édifiante.

Voir les commentaires

Rédigé par LOUIS de SAINT-AOÜT

Publié dans #www.louis

Repost 0

Publié le 23 Avril 2007

Stop aux espérances.

 L’enthousiasme s’est éteint

Ce premier tour ne marque pas du tout un renouveau. A u contraire. Les deux personnalités élues appartiennent au système. Elles ont été élevées et formées dans la droite ligne des idées et des méthodes de ceux qui nous gouvernent depuis bien (trop ? ) longtemps. Les deux candidats ont occupé des fonctions ministérielles, chacun dans leur camp. L’un et l’autre ont noué « des attachements » au sens propre du terme, et, ces liens sauront bien se rappeler à eux le moment opportun. Je ne parle pas, ici, de leurs seuls partis. Je pense plutôt aux relations plus ou moins affichées avec des mondes plus ou moins occultes que tout politicien se doit d’entretenir pour perdurer. La politique est un job. L’important est de le garder. Et les électeurs dans tout cela ? Ils vont rêver le temps des campagnes électorales et ensuite ils contribueront. C’est cela la démocratie et, plus exactement, notre démocratie, dans un monde mouvant dont nous ne sommes plus, depuis longtemps, le nombril.
 
Je le redis ici : rien ne changera.

 Il y aura toujours une droite et une gauche modérées, avec un centre flottant, et cela, parce que les électeurs le souhaitent. Et les élus, tous les élus, le savent bien. Ils font ce qu’il faut pour entretenir cet état de fait, tout en bataillant ferme pour rester en place. Les éclats de voix à l’Assemblée Nationale, et, plus rarement au Sénat, ne sont que des effets pour donner l’illusion. Il y a entente tacite et on fait bien attention à ne pas détruire le système. Seuls, les extrêmes, à droite et à gauche, pourraient faire changer les choses. Nous les rejetons parce que, inconsciemment peut-être, un changement de régime avec plus de droite ou plus de gauche nous fait peur, et que, nous le savons bien, nos espérances relèvent de l’utopie.
 Alors, auquel des deux candidats ira ma voix pour ce second tour ?
Il reste treize jours pour y réfléchir mais sans illusion !

Voir les commentaires

Rédigé par LOUIS de SAINT-AOÜT

Publié dans #www.louis

Repost 0

Publié le 7 Avril 2007

Promettez, le temps fera le reste !!!

Je ne sais pas qui est le plus ridicule : le candidat ou celui qui écoute ses promesses (et oui, toujours des promesses).
 Le candidat doit bien savoir que lui et ceux qui l’entoureront, s’il est élu, seront absolument incapables de réaliser tout ce qui a été promis.Ne serait-ce que par manque de temps….Mais là, le candidat trouve un allié. Il promet des réalisations dans les trois, quatre, cinq ou six années à venir. Autrement-dit, il donne du temps au temps.Au bout d’une certaine durée, les promesses faites seront dépassées par les évènements survenus. Au-delà de cinq ans, le candidat élu ne sera évidemment plus concerné, à moins de se représenter à nouveau devant les électeurs avec ….de nouvelles promesses. A titre d’exemple, essayons de nous souvenir des promesses faites en 2002 par le Président qui nous quitte. C’est édifiant !

 L’électeur devrait bien se rendre compte qu’il est impossible de réaliser tout ce qu’un candidat quel qu’il (ou elle) soit promet de faire . A moins que ….
A moins que les électeurs , dans leur grande majorité et parcequ’ils sont englués dans leurs soucis quotidiens, soient incapables de discerner la vérité entre ce qui est réalisable et ce qu’il n’y est pas. .Par exemple, augmenter le pouvoir d’achat des travailleurs en augmentant les salaires (je veux dire les bas salaires, dont le SMIG) ; cela s’est déjà fait et la traduction immédiate a été une augmentation quasi instantanée du coût de la vie. Aucun élu, parmi les douze qui se présentent, ne sera en mesure d’inverser cela. A la limite , ce que l’on donnera en plus aux uns, on l’aura, au préalable pris aux autres en augmentant l’impôt. Il faut bien que quelqu’un paye ( les « bourges » bien entendu !) .C’est de l’arithmétique simple.
 Autre exemple : un gouvernement composé avec des personnalités compétentes, d’où qu’elles viennent, de droite et/ou de gauche. C’est de l’angélisme à l’état pur, quand on observe les rivalités ( à moins qu’elles ne soient que de « façade » ?) sur les bancs de l’Assemblée Nationale.
 Dernier exemple : l’écologie. De quoi parlons-nous ? Il ne faut plus produire de CO2. Le nucléaire n’en produit pas.Mais il ne faut plus de nucléaire.Alors et en attendant que les éoliennes couvrent (entièrement et cela ne suffira pas) nos campagnes, qu’est-ce qu’on fait ?

 Alors, me direz-vous, pour qui voter ? Je n’ai pas de réponse et je suis bien en peine de trouver une raison (une seule, déjà ) pour retenir un tel ou une telle parmi les douze. Encore que, et je vous fais une confidence, j’en élimine un d’office au motif qu’il n’aime pas les Mac-Do ! Avec des arguments semblables, je ne suis pas certain qu’il en restera un, ou une, pour recevoir mon suffrage. Cependant , je n’ai pas l’impression , en utilisant de tels arguments de rejet, d’être plus sot que celui qui succombera aux promesses.

Voir les commentaires

Rédigé par LOUIS de SAINT-AOÜT

Publié dans #www.louis

Repost 0