Publié le 24 Février 2011

 immigration


Les évènements du Moyen-Orient nous inquiètent.

Cette inquiétude revêt différents aspects selon les sentiments et les préoccupations des citoyens de notre pays.

Certains regarderont les soulèvements avec admiration et comme étant les justes revendications de peuples opprimés par des gouvernants sans scrupules pensant plus à accroître leur pouvoir et leur fortune personnelle que d’assurer le bien-être de leurs peuples. Ils mettront en avant les Droits de l’Homme comme il est de coutume en pareilles circonstances. Ils se réfèreront à nos démocraties occidentales dans lesquelles l’exercice du  pouvoir est régulé par des élections libres et où les dirigeants sont observés et critiqués sans avoir peur de représailles. Qu’ils ne se fassent pas trop d’illusions. Ces peuples en révolte ne sont pas en capacité de goûter aux « charmes » de nos démocraties, ne serait que par l’intrusion permanente de la religion au sein de leur vie civile. Pour s’en convaincre il suffit de regarder  et de voir les difficultés rencontrées par les musulmans à s’intégrer parmi nous.  En plus, dans ces contrées en ébullition, l’islamisme radical, jusqu’alors maintenu à l’écart, est aux aguets.

D’autres seront beaucoup moins attentifs à la libération des opprimés et plus anxieux quant aux effets induits  et qui ne manqueront pas d’avoir de sérieuses répercussions sur l’Europe.

Deux inquiétudes  se font jour, largement commentées par les médias (autres que les médias « bobos »). La première, et la plus importante, c’est l’approvisionnement en pétrole brut. Ainsi, nous autres Français nous dépendons beaucoup trop des pays arabes pour faire rouler nos chères automobiles. Si les robinets se fermaient et si d’aventure on bloquait le canal de Suez, ce serait très vite la pénurie, et sans parler des prix à la pompe ! La seconde c’est l’afflux des immigrés. Les pays européens ont déjà fait le plein et cela sans le vouloir vraiment mais plutôt en raison du laxisme et de l’incompétence de leurs dirigeants à réguler le phénomène, et aussi, grâce à  la très discutable bienveillance des « associations » mettant en avant les sacro-saints Droits de l’Homme pour accueillir à bras ouverts toute la misère du monde.

Alors ? Enthousiasme parce que des peuples opprimés veulent et tentent de se libérer ou bien agacement parce que trop de changements dans ces régions méditerranéennes font de l’ombre sur le devenir de nos vies occidentales ?

Un sondage (encore un !) serait le bienvenu.


Pétrole

Voir les commentaires

Rédigé par LOUIS de SAINT-AOÜT

Repost 0

Publié le 9 Février 2011

 

justice-copie-1

 

Après les épisodes tunisiens et égyptiens, l’actualité manque de sujets ce qui revient à dire de grain à moudre pour les médias.

Heureusement, demeurent encore quelques sujets bien français à mettre sous la plume de nos journalistes en cette seconde semaine de février.

Tout d’abord la profonde vexation du personnel de la justice. Il est vrai que se faire traiter d’incapables, d’irresponsables, et, sous-entendu ,de laxistes par le premier personnage de l’Etat, ne fait pas plaisir quant on appartient à cette caste de fonctionnaires présumés intouchables. Alors clameurs indignées  et refrains connus : trop de lois, manque de moyens, réformes contestées du Garde des Sceaux. Les gens de robe se sentent condamnés au pilori alors qu’en fait de condamnations ils sont plutôt habitués à en délivrer. Et d’appuyer encore sur la séparation des pouvoirs en jugeant indécents, malvenus, déplacés et populistes  les propos  du Président. Et quand bien-même il y aurait une « erreur de plume » dans les enquêtes, cela doit rester dans le giron du monde de la Justice. Passez votre chemin braves gens !

Et puis ensuite il y a l’épisode des vacances tunisiennes de Madame Alliot-Marie auquel s’ajoute le périple de François Fillon au pays des Pyramides. On touche aux choses importantes, pensez-donc,  une vraie affaire d’Etat. La presse de gauche, offusquée, s’indigne.  Il est vrai que les médias ne sont pas les seuls à s’emparer de cette double affaire. Les parlementaires de l’opposition s’en donnent  à cœur-joie oubliant bien entendu que beaucoup parmi eux profitaient des mêmes avantages lorsqu’ils étaient au pouvoir. La protestation enfle et le Président (encore lui !) se voit obligé de donner des directives à tout ce petit monde en ce qui concerne leurs prochaines vacances ! On rêve !

Pendant ce temps là, le chômage progresse, le panier de la ménagère coûte de plus en plus cher, le déficit de l’Etat augmente et le pouvoir d’achat des citoyens s’étiole.. Mais il est vrai que cela n’est pas nouveau et que nous y sommes habitués.

 

 

Pyramides

Voir les commentaires

Rédigé par LOUIS de SAINT-AOÜT

Repost 0