Publié le 8 Janvier 2011

 

 elysee.jpg

Au lendemain de son élection à la présidence de la république, le nouveau Président  ne se serait pas contenté de l’acquis. Il se serait projeté 5 années en avant pour réaliser un bis.

Nous sommes en 2007.Comme il n’est jamais trop tôt pour bien faire, autant commencer par éliminer les futurs concurrents pour 2012. Parce que les concurrents, ils sont déjà et seront de plus en plus nombreux. Une opportunité se présente. Il s’agit de la nomination du nouveau patron du FMI. Une personnalité , appartenant à l’opposition, paraît avoir toutes les qualités pour remplir la fonction. Le nouveau Président va en faire son candidat, et, agir de son mieux pour que soit nommée cette personnalité et il réussira. Pourquoi cet empressement à éliminer un possible « gênant » ? Parce que, en fin politique, il a bien vu le danger que représentait cet homme brillant. Alors autant l’écarter pour un temps  en lui proposant un deal : « Je fais en sorte que tu sois nommé à la direction du FMI avec tout ce que représente la fonction ,notoriété, honneurs, rémunération et privilèges, mais en retour tu t’engages à ne pas te présenter à la   présidentielle  de 2012. Tu attendras 2017 et à 68 ans tu pourras encore être un très bon candidat, surtout si tu fais en sorte de me démolir entre 2012 et 2017. Tu auras la notoriété et le talent pour cela ».

Alors ? Alors le deal peut-il tenir ou bien le concurrent potentiel va-t-il rompre l’accord et rejoindre les futurs candidats pour l’élection de 2012 ? Il y a aux moins deux femmes qui voudraient bien que, si un deal existe, il ne soit pas rompu. C’est leur SEULE  chance pour que la République se donne (peut-être) une Présidente…de gauche.

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par LOUIS de SAINT-AOÜT

Repost 0