Publié le 30 Mars 2007

Déclencher une émeute…

 Voici un mode opératoire pour déclencher une émeute :

 -choisir un lieu public fréquenté par des personnes désoeuvrées, en attente d’action (de préférence violente)
-si possible, s’assurer de la présence de membres d’associations, celles dont on parle, toujours prêtes à contester l’ordre et à venir en aide aux « victimes » de la barbarie républicaine.
 -attendre la venue de représentants de l’ordre (policiers, gendarmes, contrôleurs ).
 -selon le lieu choisi (métro, RER, gare SNCF) enfreindre délibérément le ou les règlements, ou, mieux encore, insulter les représentants de l’ordre.
-si on est en forme, s’agiter avec violence en prenant la foule à témoin.
 
Et c’est encore plus facile si vous n’avez pas de papier

.
La suite ,au journal de 20 heures

Mais il y a encore d’autres manières, en milieu rural , par exemple.

 -repérer un champ planté de maïs génétiquement modifié.
-rameuter des farouches partisans écologistes, ceux qui aiment par-dessus tout le fromage de chêvre, l’éclairage à la bougie, la marche à pied et les moulins- à- vent.
-le must : essayer d’obtenir la présence d’un représentant élu (maire, conseiller général, député,…)
 -attendre la venue des représentants de l’ordre (gendarmes)
 Et faucher….

 Ensuite se rebeller avec véhémence et violence afin de devenir rapidement une «victime » du système (lequel ?).


Et toujours ,la suite au journal de 20 heures.
 
La cerise sur le gâteau (pour les témoins ou les acteurs) : Ecrire un livre relatant les faits et prenant la défense des « victimes », avec , en complément, un réquisitoire bien senti contre le fonctionnement de nos institutions républicaines.

En général ça marche…..

Voir les commentaires

Rédigé par LOUIS de SAINT-AOÜT

Publié dans #www.louis

Repost 0

Publié le 27 Mars 2007


Hier au soir j'ai écouté France-Inter.
La parole était "donnée" au candidat Jean-Marie LE PEN.
Lamentable !!!
Non pas ce que disait le candidat, mais la façon discriminatoire de l'interroger.
Ironie et arrogance se mêlaient aux interruptions de parole.
Admettons que ce soit une façon nouvelle d'interview; alors il faut l'appliquer aux autres candidats.Et que l'on ne vienne pas dire que le programme de JM LE PEN mérite l'attitude  pour le moins désagréable, sinon hostile, des journalistes.
Et quand bien-même il ne plairait pas à ces messieurs et dames, il y a au moins
5 millions de français qui le trouvent meilleur que ceux des autres candidats !!!
 Et si JM LE PEN était élu, quelle serait l'attitude de ces coupeurs de parole?
Il y a fort à parier qu'ils ramperaient ,comme ils le font généralement, devant le nouveau chef.
Quant à moi, dans cette dernière éventualité, je souhaiterais qu'ils soient  virés, tout simplement.

A suivre.....

Voir les commentaires

Rédigé par LOUIS de SAINT-AOÜT

Publié dans #www.louis

Repost 0

Publié le 16 Mars 2007

L'élection présidentielle 2007 se présente à mes yeux (qui en ont vu d'autres) comme une immense corne d'abondance pleine de promesses en des jours meilleurs.

Depuis plus de trois mois,les postulants (certains seront officiellement candidats dès lundi prochain) nous délivrent leurs recettes pour améliorer notre quotidien.C'est à celui, ou à celle, qui promettra le plus pour obtenir le plus grand nombre de suffrages.Et ils défilent les uns après les autres sur nos radios et nos télévisions débitant sans vergogne et très à l'aise leurs projets pour un monde (soyons modestes, pour notre pays déjà) meilleur.
Le plus curieux dans tout cela, c'est qu'il n'y a pas ou peu de contradiction .Cependant, les questions à poser ne manquent pas. Mais l'organisation des débats entre les postulants et les auditeurs et/ou les téléspectateurs est telle qu'elle rend  pratiquement impossible une contadiction formelle.Vous remarquerez avec quelle habileté le meneur du débat abrège la discussion naissante pour embrayer bien vite sur un sujet voisin, libérant ainsi le postulant invité d'avoir à donner une réponse surtout s'il préssent (le meneur du débat) que la question est embarrassante.
Ainsi ,le dialogue continue sans accrocs, "soft", j'ai envie de dire "politiquement correct".
Tout cela sent le convenu. On est là pour faire de l'audience, et non pour se fâcher avec quelqu'un qui pourrait devenir QUELQU'UN !
Qui osera demander à un candidat la publication par voie de presse, par exemple,d' un exposé chiffré et détaillé de son programme ? Exposé que l'on pourrait consulter dans deux ou trois ans pour comparer avec la réalité d'alors.
Si je devais rencontrer un candidat dans les semaines qui viennent , c'est ce que je lui demanderais; à savoir un compte prévisionnel, avec deux colonnes l'une pour les dépenses,l'autre pour les recettes....
Mais je rêve !
Toutes ces dames et tous ces messieurs qui aspirent à la haute fonction n' ont, en réalité, que l'ambition d'obtenir la gloire , les honneurs et tout ce qui va avec.
Et enfin, selon l'adage bien connu, les promesses électorales n'engagent que ceux qui les écoutent, et , malheureusement, qui quelquefois y croient.



Voir les commentaires

Rédigé par LOUIS de SAINT-AOÜT

Publié dans #www.louis

Repost 0