Publié le 30 Novembre 2009


La votation suisse sur les minarets ne doit pas nous surprendre. Elle est  la poursuite d’une tendance qui se durcit de jours en jours à l’encontre des étrangers désirant vivre dans les Cantons. Plus encore si les étrangers pratiquent une religion en dehors de la chrétienté, la religion juive faisant exception à cette intolérance.

Et parce qu’il s’agit bien d’intolérance, l’édification de minarets devient un bon prétexte dont s’est servi le parti de la droite populiste suisse en continuation de la diffusion de ses affiches de propagande..

La Suisse, comme la plupart des pays occidentaux a recours à la main d’œuvre étrangère. Les Suisses, en majorité, ne souhaitent plus l’enracinement des travailleurs étrangers dans le pays. Esprit de clocher, esprit d’indépendance exacerbée, raisons économiques, nationalisme farouche ou crainte de la perte d’identité, la peur de l’autre ? Sans doute le tout à la fois.

Quel serait le résultat d’un tel référendum en France ?

Nous sommes une république clamant haut et fort le principe de la laïcité. Du point de vue strictement spirituel nous admettons depuis longtemps le fait de la diversité des croyances et des pratiques religieuses. Puisqu’il y a des musulmans dans l’hexagone, il est normal que des mosquées, avec ou sans minarets, soient édifiées.

Et cependant, la réponse à un référendum similaire à celui auquel viennent de participer nos voisins helvétiques  risquerait bien de conduire au même résultat.

La raison profonde vient plus de la religion musulmane elle-même et de son emprise sur la vie de tous les jours de ceux qui la pratiquent, que des personnes. Ce qui nous heurte  profondément c’est la dépendance dans laquelle se retrouvent les croyants en l’Islam, l’intolérance manifeste à l’encontre de ceux pratiquant d’autres religions, en un mot le reniement de la laïcité qui nous est chère. Il y a une explication simple à cela. On la trouve dans la liaison intime entre religion et gouvernement dans les états islamiques. La séparation des pouvoirs n’existe pas.

Ajoutons encore la violence et le racisme dont font preuve les intégristes. Est-il besoin de rappeler notre peur vis-à-vis des Islamistes et nos craintes, fondées, du terrorisme se réclamant de l’Islam ?

Minarets sur les mosquées ou pas, l’intégration des musulmans dans notre république s’améliorera quand ces populations auront assimilé les notions de laïcité, de tolérance, qu’elles auront ostensiblement renoncé à leur communautarisme, en un mot quand elles auront enfin compris qu’il faut vivre comme vit la majorité des citoyens de ce pays, pas plus et surtout pas moins.

Voir les commentaires

Rédigé par LOUIS de SAINT-AOÜT

Repost 0

Publié le 16 Novembre 2009

Il y a une quinzaine de jours, j’ai proposé un commentaire à propos d’un article rédigé par J.Attali et paru sur son blog « Conversation avec Jacques Attali » sous le titre « Le génie du français ». Je reconnais que mon commentaire, glissant vers l’identité nationale contenait des propos politiquement incorrects en appuyant sur le fait que les immigrés, en nombre, désirant acquérir la nationalité française, étaient plus motivés par tous les avantages sociaux offerts par la République que par le sincère désir de se mouler  dans notre manière de vivre et de penser, d’assimiler nos concepts de laïcité. J’ajoutais que beaucoup de Français issus des secondes ou troisièmes générations d’immigrés étaient, dans leur façon de vivre, très éloignés de ce que nous appelons la citoyenneté française. Je déplorais enfin que tous les gouvernements qui se sont succédés depuis plusieurs décennies n’aient rien fait pour réussir l’assimilation harmonieuse des flots d’étrangers arrivant sur le sol national. Mon commentaire n’a pas été accepté (il a été modéré !) au motif qu’il contenait des propos xénophobes et racistes, et, pour faire bonne mesure, je ne suis plus autorisé à dialoguer sur le blog de J.Attali, ce qui me navre.

Depuis,j’ai écouté le discours du Président de la République prononcé ces jours derniers dans le Vercors. J’ai copié le texte, et, je l’ai lu et relu.

J’en suis arrivé à la conclusion que si ce discours avait été publié dans le blog d’où je suis exclu, il aurait été probablement « modéré ».

Extraits :

......« La France est un pays où il n'y a pas de place pour la confusion du spirituel et du temporel »……….

…….«  la France est un pays de tolérance et de respect, mais elle demande aussi qu'on la respecte (...) La France est un pays où il n'y a pas de place pour la burka, où il n'y a pas de place pour l'asservissement de la femme, sous aucun prétexte, dans aucune condition et dans aucune circonstance"…….

….. "La France ne se pense pas comme un juxtaposition de communautés ou d'individus. »……

……"La France n'est pas seulement une communauté d'intérêts".

........Devenir français, c'est adhérer à une forme de civilisation, à des valeurs, à des mœurs »………… 

Et encore :


...... « La France est un pays où l’on ne demande à personne d’oublier son histoire et sa culture, mais elle demande à ceux qui veulent lier leur sort au sien de prendre aussi son histoire et sa culture en partage"………..

………"vouloir bénéficier de la Sécurité sociale sans jamais se demander ce que l’on peut faire pour son pays" et "vouloir bénéficier des allocations chômage sans se sentir moralement obligé de tout faire pour retrouver du travail »…………

………"On ne peut pas vouloir profiter de la gratuité des études qui est l’une des plus belles conquêtes de la République et ne pas être assidu aux cours, ne pas témoigner de la considération pour ses professeurs, ne pas respecter les bâtiments qui vous accueillent", a continué le Président.

Et enfin « ………….. Au pays de Voltaire et de Victor Hugo chacun veut penser librement. Le besoin de liberté est en France dans l’air que l’on respire »

Je suis rassuré. On est sorti de la pensée unique et peut-être de la chienlit. Souhaitons que les paroles du Président soient suivies d’effets.



Voir les commentaires

Rédigé par LOUIS de SAINT-AOÜT

Repost 0