Publié le 14 Septembre 2017

Mon billet sur l’OBS -14.09.2017.- http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20170913.OBS4610/wauquiez-cumule-13-ans-de-retraite-pour-deux-mois-passes-au-conseil-d-etat.html

………………………………………………………………………………………………….

@ L.B.

Ce que vous écrivez sur WAUQUIEZ, vous auriez pu l’écrire pour un tas d’autres élus.

Toutes ces personnes, instruites aux frais de la République, cumulent en général plusieurs fonctions en toute légalité, et pour cause, puisque ce sont elles qui « font » les lois et éditent les règlements qui leur confèrent tous les avantages.

Les citoyens, en grand nombre, le savent. Ils sont informés par les médias qui ne se privent pas de nous éclairer .Certains faits scandaleux font la « une », et, quand cela devient trop criard, les élus, indignés-hypocrites, votent une rectification pour apaiser le courroux de l’électeur. Et puis tout redevient normal. Silence complice.

Bien entendu il faut réformer (MACRON dixit). Mais les réformes structurelles devraient passer avant TOUTES les autres, sans attendre une prochaine élection.

Il n’est pas interdit de rêver, mais ce n’est pas demain que les élus de tous bords (y compris les nouveaux qui sont en train de goûter aux bienfaits de leur récente situation) couperont la branche sur laquelle ils sont confortablement assis.

Patriotisme, loyauté, probité, sont des vocables qui perdent leur sens dès lors qu’on est du bon côté, celui qui apporte confort et aisance aux frais de la Nation.

Voir les commentaires

Rédigé par LOUIS de SAINT-AOÜT

Repost 0

Publié le 1 Septembre 2017

Vous vous attendiez à quoi ?

Les ordonnances visant à réformer le droit du travail ont été établies dans le double but de réduire le chômage et de relancer la croissance.

Réduire le chômage. La réforme du Code du Travail peut-elle aider (seulement « aider ») à atteindre ce but ? NON !

Le chômage endémique dans notre pays a des racines plus profondes et ,parmi elles, les plus prégnantes sont à la fois le manque de savoir faire de nos dirigeants , ceux du passé et ceux actuels, l’enchevêtrement des politiques menées depuis la fin de la seconde guerre, les mensonges débitées depuis un demi-siècle à un peuple d’électeurs par une cohorte de gens qui ne cherchent qu’à être élus, sans état d’âme.

Depuis trop longtemps on laisse croire à la population que le TRAVAIL est destructeur et qu’il ne peut profiter qu’aux « riches ». Que le social est un dû et qu’il faut à tout prix maintenir les acquis sociaux. Pour ce faire, la solution a été trouvée : il faut entretenir la bonne vieille formule : la lutte des classes ! Les syndicats s’y emploient. En ajoutant à ce tableau l’égalitarisme, érigé au rang d’institution, on a fait le tour du problème.

Pour relancer la croissance, il faut produire plus avec des coûts compatibles avec la demande. Or, les coûts engendrés par notre système économique lequel, encore une fois, est dominé par le « social », et par la gourmandise de nos services publics, ne nous permettent pas d’être compétitifs, pas plus à l’intérieur qu’à l’exportation. Le patronnât semble être satisfait par la réforme du Code du Travail. Satisfaction d’entrevoir plus de gains avec moins de tracas ou bien la possibilité d’augmenter la production, donc la croissance ou bien les deux ? L’avenir très proche nous le dira.

La réforme voulue par le Président, avec ou sans les Ordonnances, n’est pas pour demain.

Voir les commentaires

Rédigé par LOUIS de SAINT-AOÜT

Repost 0

Publié le 19 Août 2017

 

Un article paru dans l’OBS ( sur le web 19.08.2017)a retenu mon attention

tempsreel.nouvelobs.com/education/20170412.OBS7925/on-ment-aux-eleves-sur-leur-niveau-reel.html

Le sujet revient régulièrement. On pose des questions. Elles demeurent non pas sans réponses, au contraire, mais toujours avec une, insidieuse, qui perdure, à savoir l’inégalité sociale.

Pour certains, il suffirait que tous les enfants soient sur la même ligne de départ pour résoudre le problème. Pure fiction.

L’égalité n’existe pas dans la nature, c’est ainsi. Et ce ne sont pas les incantations socialistes ou religieuses qui changeront cet axiome.

Alors on débat en remettant sur la table les lieux communs : les gosses de riches, les pauvres des banlieues, les lycées huppés, les établissements fourre-tout, les prépas réservées aux plus doués ( c’est vrai), les facs auxquelles on demande d’absorber le reste (catastrophique).

Le communisme pur et dur a essayé de résoudre le problème en instaurant la sélection d’office, dès le plus jeune âge des individus. Cela a fonctionné en URSS par exemple jusqu’à ce qu’on s’aperçoive qu’il y avait tricherie et corruption. Pas question d’instaurer un tel système chez nous au nom de l’ÉGALITÉ.

Faillite des familles qui semblent ne plus avoir le temps de s’occuper de leurs enfants, faillite du corps enseignant débutée en 1968, faillite des gouvernements successifs qui mentent délibérément aux citoyens ? A qui la faute ? Comment remettre en ordre le système sans fâcher les électeurs ?

Certainement pas en mettant en avant cet égalitarisme hypothétique qui ne sera jamais atteint. Et si on parlait travail ?

Voir les commentaires

Rédigé par LOUIS de SAINT-AOÜT

Repost 0

Publié le 24 Juillet 2017

 

La baisse des APL risque bien de provoquer une crise.

Le mécontentement influence déjà la popularité de MACRON et celle du Gouvernement.

C’est ennuyeux mais ce n’est pas le plus grave.

La répercussion sera infiniment plus importante sur la vente des smartphones. En s ‘en tenant à la somme annoncée, 5€ par mois, un grand nombre de jeunes et de moins jeunes, étudiants ou assimilés,  vont hésiter à investir dans un nouveau « jouet », sauf si papa ou maman viennent compenser , ce qu’ils feront sans aucun doute même s’ils subissent, eux aussi, la baisse de l’aide.

On ne peut pas laisser, par principe, un jeune exposer un ancien modèle (vieux de 6

mois) aux yeux moqueurs de ses amis. Cela ne se fait pas et chez nous les principes

 ne se transgressent pas d’autant moins lorsqu’il s’agit d’un outil hautement

Indispensable servant accessoirement de téléphone.

Voir les commentaires

Rédigé par LOUIS de SAINT-AOÜT

Repost 0

Publié le 16 Juillet 2017

Au nom d’un égalitarisme tout « socialiste », il a été décidé qu’un maximum d’ados devait posséder le bac.

Comme il était évident (quand même…) que tous les jeunes ne possédaient pas les mêmes facultés pour appréhender les  « connaissances », qu’à cela ne tienne, on a mis en place des filières pour aboutir à des bacs. spécifiques. L’idée n’était pas mauvaise en elle-même, sauf que le législateur avait oublié de dire que tous ces diplômes n’étaient pas identiques bien que portant le même nom générique et surtout qu’ils n’ouvraient pas les mêmes portes…des Universités par exemple.

Cet oubli, volontaire ou non, a créé d’énormes incompréhensions. Les désordres actuels que connaissent les bacheliers pour intégrer une faculté sont une des conséquences.

« Mon fils, ou ma fille, a son bac. donc il va pouvoir faires des études ! ». C’est ce qui se dit dans la plupart des familles et c’est normal. Sauf que cela ne peut pas se passer ainsi.

Avec un bac. hôtellerie peut-on prétendre entrer en fac de médecine ? Théoriquement oui. Allons-y ! Au bout de 3 mois c’est la chute.

Avec un bac lettres classiques, peut-on prétendre intégrer une fac  de maths, de physique, de chimie ? On peut essayer mais on ne terminera pas le second semestre, au mieux..

Il est évident que les Universités trient, quand bien même elles n’en ont pas le droit. Heureusement par ailleurs. Il faut parler avec les profs. de facs. en « sciences dures » pour apprendre que dans le meilleur des cas 30% des étudiants franchissent le cap de la 1ère année.  Grave. Le tri est encore insuffisant.

 Le numerus clausus limite ces désagréments en médecine. Telle fac admet 250 étudiants en 2ième année par exemple et un point c’est tout. Quant aux recalés il est encore temps de s’orienter, du moins espérons le !

Le raisonnable pour les jeunes bacheliers est de s’en tenir au choix fait en 1ère ou avant. C’est quelques fois dur de ne pas pouvoir revenir sur son choix, surtout si, en fait de choix, on a fait que subir le dictat d’un orientateur mais comment faire autrement ? Injustice diront certains parents. C’est probable. Mais il faut se rappeler que tous les individus ne pas égaux. Il y des forts et aussi des faibles, des doués et ceux qui le sont moins ou pas du tout. C’est difficile à admettre mais c’est ainsi et aucun régime politique ne sera en mesure de modifier les caprices de dame nature.

Il est temps de réformer en profondeur. Le bac. souvent utile n’est cependant pas indispensable pour réussir. Et puis, arrêtons d’appeler « bac » n’importe quel parchemin. Il y a usurpation de nom. C’est de l’escroquerie.

Voir les commentaires

Rédigé par LOUIS de SAINT-AOÜT

Repost 0

Publié le 8 Juillet 2017

Avec nos élus. Oui, parce qu’on a cru bon de remettre en selle certains vieux briscards de la politique. Alors, ils se font voir. Ce sont les « vrais » défenseurs des citoyens : postures devant les caméras, discours, avec ou sans cravate. Les jeunes « marcheurs » n’en croient pas leurs yeux. Affligeant.

Les reliques de gauche s’opposent. La droite divisée oscille

Et d’accuser le Président de « jupitérien » et de rigoler du Premier Ministre, vilain transfuge mal rasé.

Toujours autant de’ chômeurs, la dette qui grimpe, grimpe, les réfugiés qui envahissent, impôts remplacées par des taxes qui augmentent déjà. Mais cela on le savait ; nous sommes dans l’héritage, sans plus. Mais très bientôt tout sera de la faute à MACRON. Surtout ne pas perdre l’habitude de s’opposer.

Et pendant ce temps là, on recherche les coupables qui n’ont pas su gérer le déplacement de MACRON à Las Vegas. Enquête en cours bien entendu, c’est tellement important. Et puis ça « déstabilise » et c’est là le principal. Non ?

De même, on recherche le chiffre exact qui va manquer pour clore le budget et pour arriver sous les 3% : 3 Mds, 4Mds, peut-être 8, qui le sait ? Celui qui parlera le dernier ? On s’en doutait mais il est judicieux de le rappeler surtout si cela pouvait nuire à cette vague de nouveaux venus n’est-ce pas ?

Et encore, le brave HULOT qui ose prévoir (prévoir c’est gouverner parait-il) le parc automobiles en 2040. C’est du jamais vu. Avant on ne prévoyait pas, on continuait.

Ce n’est pas fini. On attend les modifications du travail : lois, code, ordonnances… Belle bagarre en perspective. Les politicards vont pouvoir se réjouir. Eux, oui. Pas nous.

Voir les commentaires

Rédigé par LOUIS de SAINT-AOÜT

Repost 0

Publié le 20 Juin 2017

 

C’est curieux. En France on croit que c’est arrivé enfin, là je parle du calme en politique, et puis à peine à 48 h de la clôture des législatives les premières fissures apparaissent.

C’est dans le Modem de BAYROU qu’on découvre ces premiers désordres .La formation politique du Ministre de la Justice n’est donc pas exempte de tout soupçon et ce n’est pas rien. Peut-on croire seulement un instant, que le Ministre n’était pas au fait des « petits » arrangements que les « dames » de son parti entretenaient. Vous me direz qu’il n’y a rien de bien méchant dans ces confusions concernant l’emploi de collaborateurs rémunérés tantôt ici, tantôt ailleurs. Après tout, la chose semble avoir été monnaie courante. Sauf que BAYROU est en charge de la moralisation de la vie publique.

Que va-t-il faire le justicier, lui qui s’est vanté d’avoir « fait » MACRON (ce qui n’est pas faux…) ? Démissionner ? Non, pas tout de suite. Il va laisser partir les contrevenantes, lesquelles seront replacées bien entendu.

J’ai comme un sentiment de malaise. La république de MACRON sera-t-elle très différente des précédentes ?

 

Voir les commentaires

Rédigé par LOUIS de SAINT-AOÜT

Repost 0

Publié le 8 Juin 2017

Ils n’en veulent pas de MACRON et essayent tant bien que mal à le détruire.

Détruire. Le mot n’est pas trop fort et convient parfaitement aux diverses tentatives des politiciens de gauche comme de droite habitués depuis trop longtemps à leurs petits jeux de l’alternance « républicaine » qui leur assuraient une continuité dans leurs fonctions avec les avantages qu’ils en tiraient.

La France et plus généralement les Français ne sont pas leur préoccupation première. Ils veulent continuer la division, toute factice, qui leur permet de vivre et souvent de bien vivre aux frais des citoyens.

Un homme, jeune, le Président, qui œuvre pour un large rassemblement, ne leur convient pas du tout. Il faut diviser pour régner et ils font tout pour cela. Il suffit d’écouter leurs discours pour convaincre les électeurs de les suivre encore, encore et toujours, de leur apporter leurs voix.

Puissent, les électeurs se souvenir et de leur dire NON !

Voir les commentaires

Rédigé par LOUIS de SAINT-AOÜT

Repost 0

Publié le 25 Mai 2017

Les Anglais protestent contre la présence de militaires en armes dans les rues. Les Français détestent les états d’urgence et réprouvent leurs prolongations.

Pour certains citoyens de ces deux nations les attentats sont sans doute des péripéties passagères et ne sont que ça.

Incompréhensible. Et cela au nom de la liberté ! De quelle liberté s’agit-il ? Celle de mourir dans la rue, dans les gares, au spectacle ou après ?

Leur attitude c’est de la bravoure bête ou de l’inconscience ou encore du « contrisme ».

Les gouvernements prennent des mesures préventives et dans le contexte c’est absolument nécessaire, indispensable. S’ils ne les prenaient pas, ces citoyens avides de liberté seraient les premiers à se plaindre et à manifester contre l’abandon du peuple par ces mêmes gouvernements.

Ainsi va le monde.

Voir les commentaires

Rédigé par LOUIS de SAINT-AOÜT

Repost 0

Publié le 21 Mai 2017

Surprenant le choix du Président et plus encore celui de faire de N.HULOT un Ministre d’Etat.

Cet écolo est certes très médiatique mais il n’est pas certain qu’il recueille la sympathie des citoyens de ce pays. Ses gesticulations, ses atermoiements, ses hésitations multiples sont les preuves d’une instabilité pour ne pas dire d’une inconséquence avérée. Une désinvolture affichée couronne le tout.

Au sein du gouvernement auquel il appartient dorénavant il devrait s’opposer frontalement à un certain nombre de projets qu’il combat depuis longtemps et selon la formule Chevènement, un ministre ferme sa g….ou démissionne

Alors, il sera Ministre combien de temps N. HULOT ?

C’est une stratégie impulsée par le Président et la question demeure : Pourquoi HULOT ?

Voir les commentaires

Rédigé par LOUIS de SAINT-AOÜT

Repost 0