DISCOURS & ARGENT

Publié le 13 Septembre 2011

 

Discours

 

 

 

Entre réunions, rassemblements et autres universités d’été, nous aurons tout entendu et, cela étant quelque peu nouveau,  beaucoup de paroles de femmes.

Il y a celle qui veut « faire le ménage » une fois élue. C’est une habituée. Une autre qui veut « rétablir la justice fiscale en France » si elle était élue sur un tapis…vert.. Une autre encore, ravissante et ministre ( ou l’inverse), qui égrène des chiffres et encore des chiffres pour rassurer les braves citoyens que nous sommes.

Il y a « la fille de son père » qui module, mais avec élégance, les bons vieux refrains paternels pour ne point trop effrayer les timides et autres peureux, ceux qui voudraient bien essayer mais qui n’oseront pas marcher trop à droite.

Et puis il y a la dame du Nord, celle qui pilote « à vue », un coup de barre à gauche, un autre à droite, essayant de revenir dans un axe tirant quand même à gauche. Pas facile quand on ne sait pas vraiment où il faudrait passer pour arriver aux marches du Palais.

Entre procès, délations, et autres coups fourrés, les hommes ne demeurent pas en reste. Mais nous sommes habitués aux ritournelles masculines, aux dérapages calculés, aux promesses pharamineuses pour un avenir meilleur une fois nos dettes épongées.

Il ne faut pas que ce flot de verbiages nous fasse oublier que nous sommes tous des débiteurs par la faute ou l’incompétence de la plupart de ces personnages qui entendent bien cependant rester en place ou revenir en scène.

Tout ce beau monde va continuer d’essayer de capter nos suffrages à coup de programmes, d’engagements toujours solennels, de promesses et enfin de professions de foi (accompagnées de photos en général), et ce, pendant encore huit mois. Au fait, tout cela coûte de l’argent. Alors qui paye pour tout ce déballage ? Ne serait-ce pas le contribuable ? Ou encore quelques généreuses donations de bailleurs très intéressés, secrètes comme il est d’usage, et dont nous entendrons parler dans cinq ans. Il se trouvera bien un porteur de valises qui aura l’urgent besoin de « libérer sa conscience » pour le prochain spectacle ... en 2017 .

 

 

 

Porte-monnaie

 


Rédigé par LOUIS de SAINT-AOÜT

Repost 0
Commenter cet article