Promettez, le temps fera le reste !!!

Publié le 7 Avril 2007

Promettez, le temps fera le reste !!!

Je ne sais pas qui est le plus ridicule : le candidat ou celui qui écoute ses promesses (et oui, toujours des promesses).
 Le candidat doit bien savoir que lui et ceux qui l’entoureront, s’il est élu, seront absolument incapables de réaliser tout ce qui a été promis.Ne serait-ce que par manque de temps….Mais là, le candidat trouve un allié. Il promet des réalisations dans les trois, quatre, cinq ou six années à venir. Autrement-dit, il donne du temps au temps.Au bout d’une certaine durée, les promesses faites seront dépassées par les évènements survenus. Au-delà de cinq ans, le candidat élu ne sera évidemment plus concerné, à moins de se représenter à nouveau devant les électeurs avec ….de nouvelles promesses. A titre d’exemple, essayons de nous souvenir des promesses faites en 2002 par le Président qui nous quitte. C’est édifiant !

 L’électeur devrait bien se rendre compte qu’il est impossible de réaliser tout ce qu’un candidat quel qu’il (ou elle) soit promet de faire . A moins que ….
A moins que les électeurs , dans leur grande majorité et parcequ’ils sont englués dans leurs soucis quotidiens, soient incapables de discerner la vérité entre ce qui est réalisable et ce qu’il n’y est pas. .Par exemple, augmenter le pouvoir d’achat des travailleurs en augmentant les salaires (je veux dire les bas salaires, dont le SMIG) ; cela s’est déjà fait et la traduction immédiate a été une augmentation quasi instantanée du coût de la vie. Aucun élu, parmi les douze qui se présentent, ne sera en mesure d’inverser cela. A la limite , ce que l’on donnera en plus aux uns, on l’aura, au préalable pris aux autres en augmentant l’impôt. Il faut bien que quelqu’un paye ( les « bourges » bien entendu !) .C’est de l’arithmétique simple.
 Autre exemple : un gouvernement composé avec des personnalités compétentes, d’où qu’elles viennent, de droite et/ou de gauche. C’est de l’angélisme à l’état pur, quand on observe les rivalités ( à moins qu’elles ne soient que de « façade » ?) sur les bancs de l’Assemblée Nationale.
 Dernier exemple : l’écologie. De quoi parlons-nous ? Il ne faut plus produire de CO2. Le nucléaire n’en produit pas.Mais il ne faut plus de nucléaire.Alors et en attendant que les éoliennes couvrent (entièrement et cela ne suffira pas) nos campagnes, qu’est-ce qu’on fait ?

 Alors, me direz-vous, pour qui voter ? Je n’ai pas de réponse et je suis bien en peine de trouver une raison (une seule, déjà ) pour retenir un tel ou une telle parmi les douze. Encore que, et je vous fais une confidence, j’en élimine un d’office au motif qu’il n’aime pas les Mac-Do ! Avec des arguments semblables, je ne suis pas certain qu’il en restera un, ou une, pour recevoir mon suffrage. Cependant , je n’ai pas l’impression , en utilisant de tels arguments de rejet, d’être plus sot que celui qui succombera aux promesses.

Rédigé par LOUIS de SAINT-AOÜT

Publié dans #www.louis

Repost 0
Commenter cet article