Le blé

Publié le 28 Août 2007


« Il n’y a plus de sucre ! » décrétait Michel Piccoli dans le film de Jacques Rouffio intitulé : « Le sucre ». Et aussitôt (dans le film) on organise la pénurie en bloquant les stocks dans les raffineries, les dépôts ; le sucre devient rare, son prix augmente et les cours en bourse redémarrent à la hausse. Fiction  cinématographique? Pas du tout. La réalité peut même dépasser la fiction.

Depuis quelques semaines on nous dit qu’il n’y a plus assez de blé, ce qui demanderait à être sérieusement vérifié. L’annonce des hausses  ne s’est pas fait attendre : la baguette, les pâtes, les gâteaux  vont voir leurs prix grimper, c’est prévu. Il s’agit pour les acteurs de la filière de prendre position sans tarder. Même scénario pour le lait et les produits laitiers. Et encore les fruits, les légumes, la viande, en un mot tout ce qui touche la consommation courante, quotidienne, des citoyens consommateurs. Les bonnes  raisons pour justifier les pénuries ne manquent pas : la Chine (c’est la panacée ce grand pays où on mange plutôt du riz !), le climat (vous savez, avec « l’effet de serre », rien d’étonnant !) et puis la hausse du SMIG, celles de l’électricité, du pétrole, et encore, les biocarburants à base de céréales, les cours des métaux qui s’envolent et …. la population mondiale en hausse. Tout y passe !

Et cela annoncé en un temps record et à un moment propice aux augmentations, les vacances.

Effets d’aubaine pour les producteurs et les transformateurs français? Pourquoi pas ? Car se profile à l’horizon l’augmentation de la TVA, la fameuse hausse de 5,5% correspondant à la « TVA sociale » dont on nous dit que si elle était appliquée ( et elle le sera !) il n’y aurait pas  de hausse pour le consommateur puisque les coûts de production baisseraient. Alors il faut prendre les devants et augmenter maintenant. Pas question, de vendre meilleur marché au prétexte que les coûts de production diminueraient. Cela ne s’est jamais vu.

Il faut s’attendre,  pour cette « rentrée », à une cascade d’augmentations à moins que le Gouvernement s’emploie à réguler tout cela. Mais ne rêvons pas. Rien dans ce sens ne sera fait malgré les promesses électorales, il est déjà trop tard. Et ce ne sont pas les slogans démagogiques et populistes de la grande distribution ( le saviez-vous ? Elle lutte contre la vie chère !) qui nous rassureront. Elle aussi va profiter de l’aubaine avec une hypocrisie bien rôdée.

Une seule baisse est prévue, celle du pouvoir d’achat,et, soyons en certains, elle sera au rendez-vous. Nous allons vraiment manquer de « blé » !

Rédigé par LOUIS de SAINT-AOÜT

Publié dans #www.louis

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article