Article publié depuis Overblog

Publié le 7 Octobre 2016

Sans grande illusion, j’ai regardé hier au soir l’émission organisée autour de la candidature d’Alain Juppé à la primaire de la droite dite « républicaine », avec la présence de l’intéressé.

La surprise attendue (pas vraiment, mais sait-on jamais ?) n’a pas été au rendez-vous.

En dépit, ou, au contraire en raison, de ses 71 ans, le candidat m’est apparu comme étant toujours un homme du système, très semblable à ses homologues et néanmoins concurrents, le sourire en plus.

Il a affiché ses convictions de droite ce qui en raison de son passé et de son engagement pour la primaire en question était d’une évidente obligation. S’il est élu il pratiquera une politique libérale au sens économique s’entend.

Ce qui m’a paru remarquable c’est l’aisance débonnaire avec laquelle il a abordé les problèmes cruciaux des Français tels entre autres le chômage et la modification de la population traditionnelle du pays. L’économie semble se résumer à favoriser l’entreprise par des exonérations de charges, par la dégressivité des aides aux chômeurs, par l’allongement du temps de travail et la retraite à 65 ans, par la réduction ou la suppression de certaines dépenses publiques. Le tout mélangé avec un accroissement de la TVA et des semblants de réduction d’impôts. C’est simple mais pas très nouveau et cela pourrait s’appeler la tarte à la crème. Tous les candidats de son bord promettent la même chose, mais lui, il ajoute à son discours une certaine assurance teintée d’une bienveillante condescendance : ce sera ainsi, un point c’est tout. On n’ébranlera pas la statue du Commandeur. Il est vrai qu’il a toujours été « droit dans ses bottes » ainsi que se plaisent à le répéter les médias.

La population qui change, l’irruption des immigrés, certes, mais AJ voit cela de haut. Il essaiera de faire mieux qu’avant 2012 et beaucoup mieux que ce qui été fait depuis. Dont acte.

Le système judiciaire est vicié dit-il, et bien on va le changer. En créant une « police pénitentiaire » et en accroissant le budget de la justice tout va aller en s’améliorant. Ceci annoncé sur un ton péremptoire ; le dire c’est déjà le faire et surtout n’en doutons pas.

Rédigé par LOUIS de SAINT-AOÜT

Repost 0
Commenter cet article