Article publié depuis Overblog

Publié le 12 Mars 2016

INTRUSION

On s’en doutait bien un peu mais certains refusaient de l’admettre emportés par un élan de compassion en voyant les images de ces femmes et de ces enfants trottinant avec peine derrière les hommes, dans le froid, dans la boue, dans l’eau. Dans ces foules marchant et marchant encore le long des voies ferrées et marchant toujours jusqu’aux barbelés des frontières, certains (les mêmes) ne voulaient voir que des malheureux fuyant les bombes et la mitraille.

Cependant en réfléchissant quelque peu, il semblait évident que dans ces hordes, déferlant en dehors de tout contrôle sérieux, pouvaient aisément se glisser des individus animés par d’autres préoccupations, se livrer au terrorisme par exemple.

Plus encore, on apprend qu’un grand nombre de « migrants » sont munis de faux passeports, pas si faux que cela par ailleurs car établis sur des supports parfaitement vrais, butins de guerre de l’Etat Islamique. L’intrusion en Occident devient aisée, voire facile.

Alors la réalité nous éclate en pleine face. L’Europe, dépourvue de frontières, ouvre la porte aux terroristes lesquels connaissent parfaitement les pays où ils doivent se rendre pour intégrer les cellules déjà installées. Ils y trouvent refuge, assistance, alliés et des armes, bien entendu, pour des actions à venir dès que l’ordre sera donné. Ils pourront même, si telle était leur « mission », embrigader de jeunes recrues parmi les populations « accueillantes. Ces scenarii ne sont pas de la fiction.

La vigilance s’impose à nous plus que jamais. Malheureusement dans notre pays comme dans d’autres, européens, et malgré les attentats subis, on trouve encore des citoyens incrédules critiquant les mesures de sécurité, les mesures d’urgence, prises par les gouvernements au prétexte d’atteinte à la liberté alors qu’on nous dit que le djiadisme progresse. Il n’y a pas de pire aveugle que celui qui décide de ne pas voir.

Rédigé par LOUIS de SAINT-AOÜT

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article