ENTENTE CORDIALE

Publié le 30 Décembre 2015

Doit-on croire, une fois encore, à toutes les promesses annoncées après le séisme des régionales ? L’équipe de Marine a secoué l’édifice, une construction harmonieuse construite laborieusement depuis des lustres par des spécialistes du boniment, du mensonge et de l’incompétence que nous avons mis en place, consciencieusement, par nos bulletins dans les urnes.

Bien évidemment, tous ces constructeurs ne s’entendaient pas toujours et ils n’hésitaient pas à le faire savoir lorsqu’ils se réunissaient en Assemblée. C’est auquel qui crierait le plus fort en employant des mots hauts en couleur et en prenant des postures ostensiblement avantageuses espérant bien qu’une caméra aurait la bonne idée de transmettre l’évènement. Toutefois il ne fallait pas pousser trop loin la dispute, il ne fallait pas ébranler l’édifice car sa base était le partage admis par tous, partage selon la formule « une fois à toi, la fois suivante à moi ». Bref, si l’image donnée pouvait faire croire à des différends profonds, tout ce beau monde s’entendait bien souhaitant rester en place et entre-soi avant tout. Au diable les chamailleries, la table est bonne, mangeons !

Mais tout cela c’était avant et tout va changer, puisqu’ils le disent. Ils vont s’entendre...C’est promis. Un effort collectif va amener les uns et les autres à s’entendre sérieusement sur les problèmes à résoudre sachant que la plupart de ces problèmes sont dus à leur laisser-faire, à leur incompétence. On ne le répétera jamais assez.

Nous n’en sommes pas encore à l’abandon des étiquettes au profit d’une bonne gouvernance du pays, mais plutôt à s’asseoir autour d’une même table à la recherche de consensus sur des cas difficiles comme par exemple diminuer le chômage (5.500.000 demandeurs d’emploi dont 3.550.000 en catégorie A, qui dit mieux !), réduire les dépenses de l’Etat, réduire la dette ( 2090 Mds € quand même !). Tout cela dans l’optique de redorer le blason du parlementarisme bien terni et, qui sait , de pouvoir , une fois de plus, demander aux braves citoyens attendris devant tant d’efforts, leurs voix. En rappelant avec force qu’ils sont Républicains, eux !

Rédigé par LOUIS de SAINT-AOÜT

Repost 0
Commenter cet article