EN MARGE DE....

Publié le 22 Janvier 2015

Ils vivent en France et beaucoup sont Français parce que nés en France ou naturalisés. Certains ont la double nationalité. Ils sont tous et avant tout musulmans. Cette communauté est en expansion et la religion musulmane est la seconde du pays.
La religion est une chose, la citoyenneté en est une autre qui accorde des droits mais aussi impose des devoirs.
Nous sommes dans une République laïque. Le qualificatif est lâché et de toute évidence il fâche. A l’inverse des Français « de souche », qui bien que chrétiens en majorité se soucient peu de leur propre religion et la pratiquent fort peu, les musulmans Français ou résidents croient et pratiquent avec, en plus, une nette tendance au prosélytisme. La démocratie, la laïcité, la tolérance sont des mots vides de sens pour des personnes accrochées à une religion omniprésente dans leur vie et à chaque instant, religion leur dictant, en plus des rites spirituels, la façon de s’habiller et le comportement discriminatoire entre hommes et femmes, entre autres.
Les Musulmans ont beaucoup de difficultés à admettre que la religion, la leur, ne participe pas à la direction de l’Etat. Ils tolèrent difficilement la présence d’autres religions, même celles du Livre, et ne comprennent pas du tout l’athéisme. Leur parler de la séparation de l’Eglise et de l’Etat les rend perplexes ou furieux selon les individus car, bien qu’étant en France et français pour la plupart, ils se réfèrent soit à leur pays d’origine ou à celui de leurs parents, pays où le dogme religieux domine le gouvernement ainsi qu’il est courant dans tous les pays où l’Islam est la religion d’état.
Si on ajoute à cela la méfiance (le mot est-il trop fort ?) qu’ont les Français « de souche » vis-à-vis du comportement de cette population envers nos lois et nos institutions, on ne s’étonne plus de l’hostilité entre les communautés. Le fameux « vivre ensemble » est en panne
. Au fait, qui ne veut pas vivre avec l’autre ? Les musulmans n’ont aucune envie de s’intégrer dans notre civilisation occidentale. A l’inverse, ils souhaitent sa disparition au profit de leur propre manière de vivre sous l’obédience de leur religion conquérante : l’Islam. C’est l’islamisme rampant pas toujours violent mais prêt à le devenir. Il suffit d’une caricature, d’un écrit… Ajoutez à cela la rancœur tenace qu’ils ont contre notre passé colonial et on a fait le tour de la situation conflictuelle. On entend dire qu’il y a des « bons » musulmans français. Soit .Cependant écoutez, lisez, les commentaires des gens qui ont cru que leurs voisins « musulmans », polis, courtois, discrets, étaient de bons citoyens français comme eux. Et constatez leur stupeur lorsqu’ils apprennent que ces « braves » gens ou leurs enfants, bien français, approuvent (ou pour le moins ne désapprouvent pas) les excès gravissimes de certains d’entre eux. Ne parlons pas de la population des prisons ; c’est devenu un non-dit politiquement incorrect.
Reconnaissons nos fautes et principalement celles de nos dirigeants depuis un demi-siècle quant à l’intégration des étrangers musulmans et de leurs descendances. C’est un échec flagrant.
Il y avait et il y a encore trop de différence entre les civilisations. Il aurait fallu faire preuve d’autorité et ne pas accepter des flots d’immigrés sans établir auparavant des règles rigoureuses quant à leur assimilation dans notre société, et en priorité l’obéissance stricte aux lois de la république et au respect que tout nouvel arrivant doit à la population en place. Hélas ! Il est bien difficile de refaire l’histoire

Rédigé par LOUIS de SAINT-AOÜT

Repost 0
Commenter cet article