LE GENRE

Publié le 2 Septembre 2014

LE GENRE

LE GENRE

C’est à ne rien y comprendre.

Qu’est-ce que cette « théorie du genre », laquelle exprimée dans un autre langage (ABCD de l’égalité…), veut prouver ? Que vient-elle faire dans l’éducation des enfants en bas âge ?

En décryptant les élucubrations écrites ou verbales des uns et des autres, il semble que le but rechercher est d’effacer la différence entre les sexes, entre les grands et les petits, entre les gros et les minces, entre les beaux et les moches, nus ou habillés tous semblables et tous égaux. Quel programme ! L’Education Nationale est entrée dans le sujet par la grande porte en insistant insidieusement, à mots couverts, sur l’égalité des sexes à savoir sur une non-différence entre féminin et masculin. Autrement exprimé une femme est probablement un homme et vice-versa. Dans cette « affirmation », l’enfant peut et doit comprendre que l’union papa-maman n’est pas forcément la règle et que les liaisons homosexuelles sont dans la nature des choses et, en définitive, tout à fait normales. La différence entre les sexes serait donc une notion dépassée appartenant à une société mâle rétrograde, déphasée du modernisme ambiant et non évolutive. Rien que cela.

Heureusement, les parents réagissent, d’instinct, contre cette ineptie et la fumeuse théorie est battue en brèche. L’égalité entre garçons et filles peut être enseignée sans devoir passer par toutes ces niaiseries. Et pourquoi ne pas laisser le bleu aux garçons et le rose aux filles…dans les berceaux et ailleurs.

Mais comment des éducateurs et des politiques responsables à haut-niveau peuvent-ils s’intéresser à de telles fadaises et, plus grave encore, vouloir en abreuver les jeunes pousses ? Est-ce la suite « logique » du mariage pour tous ? Croient-ils, ces brillants cerveaux, que le bon peuple abandonnera son bon sens, sa logique, pour les suivre dans leurs fantasmes ? Il semble que la nouvelle ministre de l’Education Nationale souhaite abandonner la promotion de la « théorie » dans les écoles. Eclair de lucidité sans doute…

Pour en revenir à cette égalité entre hommes et femmes dans notre société, il est évident qu’elle n’est pas encore aboutie, loin s’en faut. Cependant elle progresse de plus en plus vite et c’est tant mieux. Plutôt que parler d’égalité il serait préférable de s’intéresser à la complémentarité parce que, jusqu’à maintenant, l’humanité survit et progresse non pas grâce à la femme seule ou à l’homme seul mais seulement en raison de leur union dans leurs différences. Il n’est pas question de suprématie de l’un ou de l’une sur l’autre, et, du simple point de vue biologique, l’homme et la femme ont la même valeur. Le reste, tout le reste, n’est que fantaisie et discours stériles.

Rédigé par LOUIS de SAINT-AOÜT

Repost 0
Commenter cet article